25/09/2013

Quelques réflexions sur l'impôt en France et ailleurs

J'ai lu un excellent article dans le Libé du 24 septembre, sur les impôts en France ("Trop d'impôts: la grande illusion"), qui me semble excellent et qui va à l'encontre des idées reçues. Je vais essayer ici de résumer les quelques points saillants, ce que je trouve intéressant dans cette période budgétaire, aussi à notre niveau cantonal.

La grande question est celle de la comparaison des prélèvements obligatoires. De manière brute, nous ne pouvons comparer les pays ainsi, il faut prendre en considération un certain nombre d'éléments pour que cet exercice ait un sens:

Il faut tout d'abord mettre en perspective les dépenses que ces prélèvements obligatoires financent, en d'autres termes se demander quelle place les services publics occupent dans tel ou tel pays. Ainsi, et je cite l'auteur de l'article, "chaque société décide de consacrer X% de ses ressources à la santé et à la protection sociale". C'est un choix politique.

Autre élément à analyser, la société aussi décide de financer ces services correspondants de manière publique et organisée, ou pas.  Ainsi, les Etats-Unis financent leur système de santé en grande partie par des assurances privées, et ces cotisations plus ou  moins volontaires ne rentrent pas dans le taux de prélèvements obligatoires.  C'est aussi en grande partie le cas en Suisse, à la différence de la France. Notons qu'au final les Etats-Unis consacrent 17.9% de leur PIB à leur système de santé, qui se relève plutôt médiocre et inégalitaire (selon des études de l'OMS), contre 11.6% en France.

On retrouve ce type de différence avec les retraites par capitalisation - comme en Suisse- dont les contributions n'entrent pas dans le taux de prélèvements obligatoires.

Il faut aussi appréhender les taux de prélèvements obligatoires nets des transferts: ces prélèvements sont très souvent directement redistribués aux agents économiques , sous forme de prestations sociales pour les ménages ou de subventions pour les entreprises. Ce taux net (17.9% en France) se retrouve ainsi à un niveau légèrement inférieur à celui des autres pays "développés", contre tous les préjugés sur le trop d'impôt en France!

Par ces quelques éléments d'analyse, j'aimerais souligner combien le populisme du trop d'impôts tue ce qui fait le fondement de notre société et de la démocratie: à trop comparer ce qui n'est pas comparable, on dénature les réalités, pour idéologiquement diminuer le rôle de l'Etat.

Pour Guillaume Allègre, chercheur français dans les questions de conjoncture économique, "ceux qui disaient hier que l'Etat était en faillite ne se réjouissent pas aujourd'hui de la réduction des déficits. Ce qui tend à montrer que leur préoccupation n'était la réduction des déficits, mais le démantèlement de l'Etat social". On sent la charge contre Fillon, Sarkozy et consorts, mais cette citation est à méditer aussi en Suisse pour tous les pourfendeurs de notre Etat et de ses dépenses.

Commentaires

Excellent article à faire lire de toute urgence à tous ces demeurés de libéraux et d'UDC!

Écrit par : J.-R. Ewing | 26/09/2013

Merci pour votre commentaire!
Salutations
Manuel

Écrit par : Manuel Donze | 26/09/2013

Monsieur Donzé,

Bonjour et en grand bravo!
Un billet publié tous les 8 mois, c'est mieux que rien! Et surtout mieux qu'écrire pour ne rien dire!... Et le PDC a si peu à dire!

Pour votre prochaine échéance de publication -aux alentours de fin mai 2014-je vous propose quelques thèmes:
- Tour Taoua
- Augmentation des primes maladies (De 2015. Pour 2014 ce sera déjà fait!)
- Initiative 1 : 12 (Loin après la votation et son résultat!)
- Grippen (J'imagine que ce serpent de mer volant sera encore d'actualité!)

Donc, des sujets lausannois et suisses. Des sujets qui devraient intéressés bien des citoyens. Des citoyens qui voudraient savoir pourquoi voter PDC... Même certains PDC ne savent plus! Monsieur François Meylan, par exemple.

Votre résumé (aussi bon soit-il) d'un article du quotidien Libération, ne nous indique que très vaguement ce que le PDC propose réellement pour Lausanne, Vaud et la Suisse.

Mais je pense avoir bien compris la teneur de votre billet. Implicitement, il éclaire la stratégie de la politique PDC.
- Ne froisser personne.
- N'être ni pour ni contre, bien au contraire.
... Ce qui permet de ratisser large lors d'élections!

Ce n'est pas votre allusion furtive au canton de Vaud, lorsque vous écrivez: "... ce que je trouve intéressant dans cette période budgétaire, aussi à notre niveau cantonal.", qui me fera changer d'avis.

Cette fois, ne venez pas me raconter que vous êtes en "retrait" en raison d'une surcharge de travail, d'un accident ou d'examens.
Pourquoi plutôt parler de la France et des USA que de Lausanne et de la Suisse! Le travail n'aurait pas été plus long que d'éclairer l'électeur sur une des réelles prises de positions du PDC (mais en a-t-il?), plutôt que de parler d'un article de "Libé".

Avec mes meilleures salutations.

Signé: JC Bouille, BK et Père Siffleur.***

***Afin d'éviter la censure en raison d'une soit-disant question d'anonymat (je me cacherais derrière un pseudo), je persifle et signe de toute ma panoplie, donc aussi de mon vrai patronyme.

PS: Suite à votre: "Mais je reste à votre disposition bien entendu pour discuter de vos propos!" que vous avez lancé en commentaire sur mon propre blog, j'attends encore... J'y avais répondu favorablement. Pour raviver vos souvenirs, relisez:
http://peresiffleur.blog.24heures.ch/archive/2013/07/06/in-memoriam.html

Écrit par : Baptiste Kapp | 27/09/2013

Les commentaires sont fermés.