17/12/2013

Les goûts et les couleurs en politique - illustration avec la Tour Taoua

Comme il est indiqué dans les films, la production ne partage pas les propos des acteurs, etc. Par contre, il n’est pas interdit d’y réfléchir..

 

Samedi, un ami architecte vient me dire bonjour sur le stand du PDC Lausannne à la Palud. Et il me raconte sa discussion avec une militante verte sur le stand pour la signature du référendum contre la Tour Taoua. 

Après quelques préalables, elle lui dit qu’elle ne trouve pas la Tour très jolie. Mon ami lui répond qu’il ne trouve non plus pas la dame devant lui jolie. Bien entendu elle se vexe, et lui dit que cela n’a rien voir, que la Tour fait partie de l’espace public. Lui répond que cette militante fait aussi partie de l’espace public en faisant signer ce référendum dans la rue.

 

A la fin de la discussion qui devient vraiment houleuse, elle lui fait l’injure suprême, en lui disant: vous devez être architecte...

 

Fin de l’histoire.

 

Les architectes doivent avoir l’impression souvent de ressentir la même chose que les entraîneurs, dans le sens de la formule qu’on utilise en France: on compte 60 millions d’entraîneurs quand il s’agit de commenter les résultats de l’équipe de France de foot. Tout le monde a un avis sur les projets d’architecture, sur les réalisations, et qui est par définition très subjectif.

 

On a là un projet d’envergure, décidé par la Municipalité, approuvé par le Conseil communal, et qui est remis en cause par un ensemble très hétéroclite, qui va de l’UDC jusqu’à la gauche, en déchirant les verts notamment (peut-être aussi la base du PS, en entendant certaines discussions de vieux militants socialistes).

 

Au PDC Lausanne, après avoir écouté attentivement l’architecte (car il faut écouter les architectes, nous expliquant les projets..), notre comité a approuvé la construction de la Tour Taoua à l’unanimité des membres présents pour les raisons suivantes (sur lesquelles je ne m’attarde pas ici, j’aura l’occasion d’y revenir): solidité et cohérence du projet avec le Palais de Beaulieu, autonomie financière de celui-ci (et rente financière pour la ville), intégration de la Tour et de l’espace vert dans son environnement, diversité dans l’utilisation de cet espace (appartements, commerces, hôtel, etc.) et besoin de construction à Lausanne (notamment en hauteur). 

Pour nos amis journalistes, il n’y a donc pas que deux partis qui approuvent la Tour, mais aussi le PDC...

 

Je rajouterai aussi la non dégradation du paysage lausannois: les opposants ont beau présenter une image de la Tour derrière le Pont de Chauderon, tout le monde peut se rendre compte qu’elle n’amoche pas le paysage, car il n’y en a tout simplement pas de ce côté-ci de la ville (au contraire d’un Chuv). 

 

Pour toutes ces raisons, je vais m’engager pour la construction de la Tour! Lausanne a besoin de tels projets!