23/04/2014

Des recettes pour les logements

Ce matin en attaquant la lecture d'un article du 24H, intitulé "Les recettes des Verts pour une densification agréable des villes", je me réjouissais de mieux comprendre leur positionnement en termes d'urbanisme et de densification des villes, surtout après leur vote négatif sur la Tour Taoua. Leur discours ces derniers temps se résumait à " oui à la densification, oui aux tours, mais pas celle-là"!  

Ce qu'il faut constater tout d'abord c'est que le sujet "tour" est vite mis sous le tapis,  notamment par Adèle Thorens, la coprésidente des Verts suisses: "Les verts étaient divisés", cela on l'avait bien compris.

Maintenant sur les grandes recettes des Verts, qu'est-ce qu'on peut relever: et bien, pas grand chose; les Verts sont pour 1. la densification dans les zones où cela est possible, 2.  optimiser les bâtiments existants 3. créer des quartiers à haute qualité de vie.

Oui c'est intéressant, mais quel parti s'oppose à ces trois projets! Il s'agit juste de l'essentiel, sur lequel s'accordent tous les partis. Cette annonce par les Verts est donc une non-annonce, on fait de la promotion de politiques "bateau", faciles à dire, mais malheureusement très difficiles à mettre en œuvre.

Si je prends la densification, bien entendu, il faut poursuivre l'effort, mais ce n'est pas en s'opposant à tous les projets de densification, que l'on va créer de la densification!

Sur le deuxième point, c'est aussi important, de pouvoir créer des nouveaux appartements, dans des logements existants, surtout compte tenu des changements démographiques, avec de plus en plus de personnes se retrouvant seules. Mais le dire, c'est bien, par contre le mettre en place est extrêmement contraignant, en termes de travaux et de coûts, que souvent le jeu n'en vaut pas la chandelle. Et ce n'est pas avec ce type de solution que l'on va créer des logements par milliers pour répondre à la demande importante.

En ce qui concerne le troisième point, aussi, rien de nouveau sous le soleil. De la proximité, de la qualité de vie, c'est ce que le PDC Lausannois préconise depuis longtemps.

Maintenant, il s'agit aussi de s'adapter aux contextes locaux. En ce qui concerne Lausanne, il y a très peu de place pour construire, la Municipalité et la majorité rose-verte-rouge n'ont pas assez anticipé l'évolution démographique.

Des solutions existent, mais qui font réellement débat elles, par exemple les tours – je propose de construire un certain nombre de tours, sur le plateau de la Blécherette, mais dans le cadre de quartiers de qualité, avec une mixité sociale recherchée, des appartements à louer, comme à acheter, et des bureaux.

 

Il faut aussi aujourd'hui tenir compte des attentes des Lausannois: beaucoup partent de la ville, car ils ont le rêve d'acquérir un appartement, une maison. Ce sont des contribuables de la classe moyenne, que la ville perd, une partie de son identité, mais aussi des recettes fiscales. Lausanne ne peut être qu'une ville d'appartements subventionnés, mais doit aussi savoir garder ses habitants moins dans le besoin financier.