26/05/2014

Le deal à Lausanne

Daniel Brélaz aujourd'hui dans le 24H, suite à ses  promesses en 2012 que les dealers auraient disparu des rues lausannoises en 2013: " A l'époque, je n'avais pas perçu qu'une énorme partie du deal de rue se faisait en lien avec les activités nocturnes du Flon".

J'ai testé cette phrase sur mes amis et collègues, et le résultat c'est quand même des bons éclats de rire. Je ne sais pas ce que vous en pensez, moi, en tous cas, cela me met aussi en colère. Le syndic de notre ville, qui ne sait pas que le deal à Lausanne se fait en relation avec ce qui se passe dans les rues le soir, c'est-à-dire des milliers de personnes qui font la fête au Flon (et ailleurs aussi), mes bras m'en tombent, ce qui ne me fait pas rire finalement.

Il y a alors plusieurs solutions:

 Soit il ne connaît pas sa ville, ce qui est grave pour une personne qui occupe depuis longtemps la fonction de syndic ou de municipal. Mais alors là on tombe quand dans le syndrome Brélaz depuis quelques semaines: Il répond perpétuellement qu'il ne savait pas; on l'a vu sur l'affaire de la Télé, en tant que membre du conseil d'administration il découvre les pertes béantes de celle-ci; aussi, en tant que municipal de la culture, il découvre aussi les malhonnêtetés d'un responsable du club Le Romandie, subventionné par la ville, un secret de polichinelle.

 Soit il n'a pas de relais pour comprendre ce qui se passe, soit il n'écoute pas ou s'en désintéresse totalement, trop pris par sa période "people".

Lui qui a toujours voulu passer pour un "je sais tout", il y a de quoi être déçu.

Maintenant revenons aux faits: l'insécurité en ville de Lausanne, due notamment au deal.Oui il y a des améliorations, dans certaines rues, à certaines heures. Mais il n'y a pas besoin de fréquenter les milieux concernés pour se rendre compte que les dealers ont encore quartier libre le soir, par exemple à la rue de Bourg. C'est un désastre, je ne connais pas de grandes villes où l'on rencontre ce type de situations, une scène ouverte, un marché si accessible.

 Il faut aussi remarquer que si certaines rues sont "nettoyées", le deal ne s'arrête pas pour autant, mais il passe par d'autres voies, comme le téléphone et les rendez-vous.

 De plus, on sent une très grande agressivité de la part des dealers, j'ai connu plusieurs amis qui se sont fait agresser, voler, etc.

  Bien sûr, pour nos édiles lausannoises, c'est toujours la faute des autres, celle du Canton, qui n'a pas mis en place un système pénitentiaire suffisamment assez grand pour absorber ces dealers, celle de la Confédération, qui a un code pénal trop laxiste.

 On constate peu de remise en question et peu de solutions.

 Il est très facile de se réfugier derrière l'affirmation "la demande crée l'offre": c'est à cause de ces noctambules que nous avons des dealers, donc c'est finalement juste un aspect négatif  de cette vie nocturne foisonnante à Lausanne. Et bien Messieurs, je continuerai d'affirmer que l'offre crée aussi la demande:  de nombreux jeunes, s'ils n'avaient pas un accès aussi facile à l'achat de drogue, n'en auraient probablement jamais consommé.

 

Il est donc primordial de continuer à se battre pour que réellement nous nous débarrassions de ce deal à Lausanne

Commentaires

@Monsieur Donzé Très bon article cependant il existe d'autres paramètres que le prix d'achat des substances illicites
L'attrait pour le défendu a toujours passionné nombre d'humains et plus on défendra plus celui-ci aura plaisir à transgresser,c'est ce qui différencie l'humain de l'animal
Dans le temps les rossées célèbres sur les plus récalcitrants à l'ordre en général étaient vite mis devant leurs responsabilités grâce aux coups endurés et le plus souvent à l'insu même des parents
Ensuite fort de leur expérience les instits ayant compris leur pouvoir s'acharnèrent même sur des innocents
.Ces derniers comprirent très vite qu'en se conduisant mieux que d'autres,ils recevaient autant de punitions et ce sont mis pour beaucoup à imiter les premiers et toujours à l'insu des parents qui avaient d'autres chats à fouetter comme fuir les médisances de quartier ou là c'était les commères ,célèbres mères géraniums qui tellement mauvaises pour beaucoup ont amené de nombreuses mères de famille à boire à la maison et tout le monde connait la suite
Monsieur Brélat fait penser à un autre politicien Socialiste élu communal qui responsable des déchetteries y allant même en dehors des heures feignait ne rien savoir quand il était question de contrevenants n'ayant pas trié avec amour leurs déchets/rire
Et vous voudriez ensuite que les politiciens montrant l'exemple du non moutonnage dans lequel le système actuel voudrait nous emmener tous,mettent de l'ordre dans l'esprit de leur électorat,celui-là même qui les entretient?
Les jeunes d'aujourd'hui comme les plus jeunes d'hier voient clair,même bourrés ils savent réfléchir
avec une grande différence hier on travaillait déjà en primaire et valait mieux avoir l'esprit pas trop embrouillé pour assumer ce que beaucoup ont compris très vite ou comment éviter les coups à la maison ce qui n'était jamais dit à l'extérieur afin de se responsabiliser et pouvoir voler de ses propres ailes
Notre pays souffre d'un complexe ,le perfectionnisme horloger sans doute devenu le même pour l'ordinateur ou il ne faut rien laisser trainer,tout supprimer et le tout non pas à l'égout mais dans la poubelle
Et tant que L'UE s'amusera des nerfs des citoyens,les jeunes se conduiront comme leurs ainés encore vivants et bien d'autres ayant vécu avant et décédés non pas d'une intoxication quelconque mais usés par la vie tout simplement qui elle ne fait jamais de cadeaux à personne
Et puis pour clore et je m'excuse de la longueur du texte vous croyez vraiment qu'Exit encourage nombre de jeunes à ne plus se schooter ? Ils entendent les gémissements de la foule déjà usée par des pouvoirs mis en place il n'y a que 4 ans déjà .Ils ne voient que des visages fermés,ils n'entendent que parler de la mort ,ils ne voient que des images axées sur la mort par accident ou autre,on comprend leur envie de vivre en autarcie et par leur comportement ils narguent cette société de biens pensants qui n'a que pour vivre des mots comme mort et travail ce qui si on le dit très vite et à haute voix sera,mort travail mort travail mort,etc
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 27/05/2014

Les commentaires sont fermés.