28/11/2014

Le programme du PDC - engagé pour les familles (partie 2)

Sur le site du PDC Suisse, on y trouve un article résumant l’Assemblée des délégués qui a eu lieu il y a une semaine. Nous y lisons: « Faisons-le! » tel est la credo du PDC pour l’année électorale 2015. Concrètement, le PDC s’engage pour les familles et pour la classe moyenne, pour les PME et les emplois, pour la sécurité sociale et la sécurité au quotidien »

Qu’est-ce que cela signifie pour le PDC Lausanne, pour l’engagement de cette section à l’échelon local?
L’engagement pour les familles se concrétise clairement dans des mesures qui encouragent les couples à fonder une famille, mais aussi dans des programmes qui empêchent l’appauvrissement des familles lorsqu’un couple décide d’avoir un enfant, deux enfants, voire plus. La droite extrême par ces mesures anti-immigration, anti-économie, nous empêchent de disposer de la main d’oeuvre dont notre économie a besoin, mais aussi remet en question notre système de sécurité sociale, notamment l’AVS. Aujourd’hui nous ne faisons pas assez d’enfants, pour toutes sortes de raisons, mais certaines relèvent de l’action politique: nous devons tout mettre en oeuvre pour relever le taux de natalité en Suisse.

Au lieu de grands discours, dont certains partis se gargarisent avec des incantations: « nous sommes aussi le parti de la famille », le PDC s’engage concrètement au niveau fédéral, avec une initiative qui encourage la natalité via une incitation fiscale: l’exonération fiscale des allocations familles, c’est-à-dire que les allocations familiales ne seront plus comprises dans le revenu des ménages, et donc nous soumises à l’impôt sur le revenu.
Nous voterons en mars sur cette initiative.

Au niveau lausannois, nous avons lancé il y a quelques temps une pétition pour encourager la création de places de crèches. Nous sommes partis sans à priori, notamment sur la séparation crèches publiques / privées, nous voulons que les partis lausannois discutent ensemble pour trouver les meilleures solutions afin de pallier l’actuelle pénurie et aussi le manque de places estimé à 1’500 pour les cinq prochaines années. Nous avons aussi un catalogue de mesures, prêtes pour aller très vite dans ce sens.

Aujourd’hui, des couples, des familles font face à des problématique que le politique doit résoudre: si je fais un enfant, est-ce que j’aurai une place de crèche?, alors sinon qui s’occupera de mon enfant?, est-ce que le père ou la mère devra arrêter de travailler? 

Notre économie, notre société ne peut se permettre aujourd’hui que des personnes arrêtent de travailler car contraints par manque de place de crèches. Si c’est un choix personnel, je le respecte profondément, mais il ne faut en aucune façon que cette décision ne soit pas un choix, mais forcée.

 

Commentaires

@Monsieur Donzé article intéressant quand à relever le taux de natalités peut-être faudrait-il d'abord cesser de faire peur avec tout et n'importe quoi
Quand au célèbre baby boom il ne faut pas oublier que nombre de jeunes femmes consommaient sur ordre médical s'entend des antibiotiques,ce fut une grande vague de libidos toutes plus endiablées les unes que les autres et tout le monde ou presque connait la suite
A notre époque tout le monde se mariait très jeune aujourd'hui c'est l'inverse et demander à des couples de passé 40 ans d'âge d'avoir plusieurs enfant quand on voit déjà la peine que certains ont avec un seul,il ne faut pas trop rêver surtout quand on voit les nombreuses complications que certains politiciens ont à cœurs
Comme l'idée la plus stupide depuis la fin de la guerre ,demander aux citoyens de jouer aux employés de voierie
les simples ouvriers demandent aussi respect et considération et demander plus au peuple c'est franchement vouloir lui imposer des limites que même nombre de politiciens ne dépasseront jamais car beaucoup se plaignant déjà et sans enfant d'être surchargés ,fatigués etc
Sûr qu'on va aller au lit pour les plaindre dirait nos grands parents ?rire
Très belle soirée pour Vous Monsieur et merci pour votre blog

Écrit par : lovsmeralda | 28/11/2014

Les commentaires sont fermés.