12/12/2014

Affaire Rime: je persiste et je signe

Mon article sur mon blog et mes posts sur Facebook ont fait réagir beaucoup de monde, et mon indignation a été reprise par un certain nombre de parlementaires socialistes. Cela a conduit à un article sur 20minutes (http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/17623652) et à Forum sur la RSR avec un débat Jean-François Rime contre Cesla Amarelle. 
Ce que l’on constate aujourd’hui, c’est qu’il y a réellement un malaise, un problème de confiance qui s’est instauré. Ce sentiment était très perceptible dans les propos de Monsieur Rime à Forum; il avoue qu’il aurait dû relire ses propos avant publication, qu’il a parlé trop vite.
 
Par contre, les arguments de Monsieur Rime ne m’ont pas du tout convaincu, et il mélange tout (mais c’est aussi un politicien habile), par exemple en nous disant qu’il paie plus d’impôts que ses revenus de conseiller national. Cela n’a strictement rien à voir, mais c’est un écran de fumée. 
 
Pour les quelques personnes qui ont réagi négativement à mon article, à celles qui n’ont vu qu’une affaire politicienne, je note que le bureau du Conseil national va se pencher dessus, et, au delà du cas Rime, ce que beaucoup de gens, dont je fais partie, espèrent, c’est que cela sera l’occasion de clarifier le flou qui existe sur la circulation de l’information entre les commissions et l’extérieur. 
Je remercie par la même occasion tous ceux qui m’ont soutenu ces derniers temps dans ce combat pour plus de transparence dans notre système.
 
Nous avons ici un grave problème de conflit d’intérêts, de quelqu’un qui a utilisé des informations, provenant de la Commission de l’économie, à des fins personnelles, ce qui ressort de l’article. Nous avons un problème de confiance dans un élu, qui représente le peuple; même si je suis tout à fait conscient que notre système politique défend aussi le principe que nos représentants représentent aussi des intérêts privés, tels que lobbies, groupes d’intérêts, entreprises privées. Je n’ai absolument rien contre ce conseiller national, que je ne connais pas, à qui je n’ai jamais parlé. Je ne suis pas candidat dans le canton de Fribourg, sa réélection m’importe peu. Qu’il soit UDC, PLR, PDC ou PS n’a eu aucune incidence sur mon initiative. Dire que mes propos sont électoralistes, c’est juste mettre les choses qui dérangent sous le tapis, botter en touche, et ne pas regarder le fond de l’histoire.
 
Maintenant si je reprends le journaliste de Forum: de la part d’un parti, l’UDC, qui clame que la classe politique se sert, et qui tape sur tous les partis, ici c’est le serpent qui se mord la queue. Alors bien sûr, ce type de cas, on doit le trouver dans tous les partis. Alors de nouveau l’argument qui me dirait: regardez d’abord dans votre parti avant d’attaquer les autres, je lui dirai que je fais d’abord mon examen de conscience, et avec ceci je n’ai aucun problème, je prône la transparence la plus large possible (financement de partis, etc.).
 
Les propos de mon article sont plutôt de l’ordre: si un élu dit tout naturellement ce genre de propos à un journaliste, il ne doit pas être le seul à pratiquer ce genre de conflits d’intérêts, et ainsi c’est tout un système qu’il faut réformer. 

Commentaires

Comme si le fait de payer plus d'impôts était une justification à tout, ou que cela en faisait un meilleur citoyen que les autres...

Pour en revenir à l'argument: Tous les partis sont touchés.
Je dirais que c'est certainement vrai. Mais que la proportion de chefs d'entreprise ou de directeurs n'a absolument rien à voir entre les représentants UDC, PLR ou PDC est les représentants vert ou socialiste.
Ce n'est pas être dogmatique ou idéologue que de le dire, ce n'est que la plus stricte vérité.
Cela posé, il devient parfaitement honnête de dire que si l'on veut limiter les conflits d'intérêts, il faut augmenter les exigences de transparence envers nos politiciens et partis, afin de pouvoir choisir, en son âme et conscience, qui l'on souhaite élire.

Écrit par : lefredo1978 | 12/12/2014

M. Rime a bien raison. C'est la moindre des choses d'avoir des privilèges quand on fait de la politique... Ben quoi, se taper toutes ces séances à Berne, se faire houspiller par toutes les bonnes âmes de gauche de ce pays, et pour même pas le bonus annuel du sous-directeur de la Raiffeisen de Granges-Paccot...

Et puis, tout le monde n'a pas le foie assez solide pour s'obliger aux saouleries de la Confrérie du Guillon, ou celles du comité de l'orifice des vins vaudois ! Rotary, Lions, Conseil national, même combat !

Écrit par : petard | 12/12/2014

Alors petard, on se la fait anar ?
"je note que le bureau du Conseil national va se pencher dessus"
E pericoloso sporghersi. Danger de plonger dans le ridicule...

Écrit par : Géo | 12/12/2014

Monsieur Donzé,

Tiens! Tiens!...
Suite à mon premier commentaire vous écrivez d'abord ceci:

"Et non, pas tout le monde est corrompu, certains font attention justement aux potentiels conflits d'intérêts, j'ai peut-être la naïveté de le croire, mais il existe des parlementaires, des hommes politiques pour qui l'éthique compte!"

Puis, dans votre billet complémentaire actuel, vous écrivez:

"Si un élu dit tout naturellement ce genre de propos à un journaliste, il ne doit pas être le seul à pratiquer ce genre de conflits d’intérêts, et ainsi c’est tout un système qu’il faut réformer."

Avais-je dis autre chose?... Non!... Mais à ce moment là, je n'étais encore que que le seul. Aujourd'hui, vous avez constaté que nous étions toute une série à penser de même. Il devenait donc "politiquement" (ou plutôt électoralement) plus intéressant de suivre la même idée!... Et même de le dire presque à ma façon, en disant en titre "Je persiste et je signe"

Et moi, je réutilise mon slogan: "Je persifle et signe"

JC Bouille alias Père Siffleur

Écrit par : Père Siffleur | 12/12/2014

« [...] on se la fait anar ?»

C'est pas d'aujourd'hui. J'ai toujours aimé le vent de face, les grandes bouffées d'air frais. C'est pourquoi j'ai jeté le pare-brise de mon scooter.

Écrit par : petard | 13/12/2014

Tout cela n'est que de la propagande négative pré-électorale pour octobre 2015.

Il faut faire de la place pour ceux qui veulent toucher 150'000 pour 3-4 mois de travail par année.....et qui ne vivront que de ça!
Si vous regarder qui a voté pour l'augmentation des indemnités parlementaires vous les y retrouverez.....tout bête!

Écrit par : Corélande | 25/12/2014

"je note que le bureau du Conseil national va se pencher dessus"
Et cela a donné qqch ? Je n'ai rien vu ni lu, et vous ?

Écrit par : Géo | 11/01/2015

Les commentaires sont fermés.