02/03/2015

Augmenter les allocations familiales? Une fausse bonne idée du PS

Une proposition qui est faite par les socialistes aujourd'hui pour contrer l'initiative du PDC, c’est d’augmenter le montant des allocations familiales par enfant, pour ne pas avoir le biais fiscal qu'ils reprochent à l'initiative pour la famille. Je ne suis pas fondamentalement contre à priori.

Mais très souvent, sur des initiatives, des projets, il est important de bien décortiquer les choses, et mieux analyser les conséquences financières de ces propositions. Cette proposition a l’air très bien sur le papier, pleine de bonnes intentions, comme souvent les socialistes le sont!

Mais cette proposition a des effets pervers, qu'il ne faut surtout pas négliger:

 1) Tout d’abord je vois un gros problème: cette initiative ne sera jamais acceptée dans le contexte économique actuel! C’est bien de faire des initiatives, mais pas uniquement pour soigner son électorat, mais aussi pour qu’elles soient appliquées, qu’elles se concrétisent.

Pourquoi dans ce contexte économique actuel, elle ne serait pas acceptée? Aujourd’hui, nous voyons nos PME en grande difficulté, à cause du franc fort, de la crise économique en Europe, d’un ralentissement économique. Donc faire encore payer plus les entreprises ces allocations familiales c’est réduire encore plus leur compétitivité, essentielle aujourd’hui, augmenter leur charge sociale, et par là diminuer leur bénéfice, et donc aussi diminuer les revenus fiscaux!

2) Et cette proposition n’éliminera pas ce détournement d’argent des allocations familiales, par l’Etat. Ces allocations familiales doivent revenir à 100% aux familles pour les aider financièrement et soulager la charge financière que représentent des enfants.

 3) Mais le vrai effet pervers, et il faut aussi que les socialistes le présentent comme ceci à leurs électeurs, il est à un autre niveau: augmenter les allocations familiales fera augmenter le revenu imposable, et donc augmentera les impôts payés par la classe moyenne!

4) Autre effet: les gens vont monter de classe d'imposition fiscale, et verront en plus leur taux marginal d’imposition augmenter

 5) Autre effet: une partie des personnes qui actuellement ne paient pas d’impôt, avec une augmentation des allocations répercutées dans leur revenu, commenceront à en payer.

 6) Et dernière conséquence: certaines personnes ne toucheront plus de subsides d’assurance maladie, plus d’appartement subventionnés, d’autres paieront plus chers leurs crèches et APEMS.

 Donc quand je lis Madame Ruiz, conseillère nationale PS: « et si on augmente les allocations, ce qui est prôné par le Parti socialiste, on donne un levier clair à l’augmentation du pouvoir d’achat des familles», et bien nous le voyons ce n’est pas exact.

Et c'est donc une très mauvaise proposition! Car aussi longtemps que les allocations pour enfant ne sont pas exonérées d’impôts, cela n’apporte pas beaucoup à la classe moyenne ni aux classes défavorisées de les augmenter. Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, l’effet induit par des allocations serait donc nul, voire négatif, car les familles devraient aussitôt le rendre à l’Etat via les impôts.

 

 

Les commentaires sont fermés.