18/09/2015

Chronique du Grand Conseil - 15 septembre 2015

4ème semaine au Grand Conseil. 

Une journée très chargée qui commence par une conférence de presse du PDC Vaud. Exercice toujours très intéressant: entre ce qu’on peut dire, en termes de propositions, etc, et ce qui en ressort dans les médias, il y a parfois un tel décalage! 

Puis séance de groupe, on travaille sur la préparation de la séance du Grand Conseil de l’après-midi, notamment la réforme de la fiscalité (RIE III).

 

L’après-midi, c’est effectivement la grande thématique qui va absorber la grande partie des débats. C’est aussi la journée des ténors, et on assiste à un bel échange Dolivo - Maillard, que les journaux ont relaté. 

Dans l’ensemble il y a une belle unanimité du Grand Conseil (à part le groupe La Gauche) sur la réforme, mais quelques interrogations pertinentes surgissent. L’Association des communes vaudoises accepte le texte mais reviendra avec des amendements. Je pense aussi que, par exemple, l’Etat doit plus intervenir dans l’aide aux structures d’accueil de jour pour les enfants. 

Il y a aussi la question des entreprises et des start-up qui ne font pas de bénéfices, mais des pertes, ou de très faibles bénéfices, et qui n’auront donc pas un gain fiscal (ou trop faibles avec un faible bénéfice) provenant de la baisse du taux d’imposition, et des charges sociales plus importantes dans le cadre du package en guise de compensation. 

C’est un sujet qui est important pour moi, et j’estime qu’il doit y avoir une réflexion à ce niveau dans un deuxième temps.

 

Mais dans l’ensemble c’est une très bonne réforme, qui correspond assez bien à mes convictions sociales-libérales, à la fois dans l’aide aux entreprises et dans la défense des plus fragiles, mais aussi dans l’aide aux structures d’accueil. Aussi, ne plus avoir de statuts fiscaux privilégiés pour les entreprises étrangères me réjouit fortement.

 

Le président du Conseil d’Etat, Pierre-Yves Maillard fait un exercice de science fiction: imaginons que nous sommes dans le régime de RIE III aujourd’hui et que le Conseil d’Etat propose de passer au système actuel. D’un taux unique pour toutes les sociétés, les PME comme les multinationales, nous passerions à un taux différencié pour les holdings et les entreprises étrangères, d’environ de 9 à 12 %, et nous remonterions les taux pour les autres entreprises. Aussi, nous diminuerions les allocations familiales et les subsides pour les crèches, etc. 

Il est clair qu’en regardant le projet dans ce sens, je ne peux que l’accepter. Il y a tout de même de belles avancées sociales, malgré quelques points de correction à apporter, avec un souci aussi pour les finances communales. 

Commentaires

Monsieur Donzé,

Lâchez-vous, que diable!
Faites ainsi que tous les "djeuns", écrivez phonétiquement de bout en bout. Par exemple en lieu et place de "Chroniqu" écrivez "kronik". Vous allez avoir tous les jeunes citoyens derrière vous!

Parce que si ce n'est pas uniquement à la tranche d'âge des 18 -30 ans que vous vous adressez, les "vieux" vont croire que vous écrivez systématiquement n'importe quoi! Mais oui, vous n'assurez même pas le sérieux de vos titres... Et ce n'est pas la première fois que le fait se produit
Par contre, pour moi, vous pouvez continuer, vous me faites rire. Ainsi, il n’y a pas que vos élèves qui s’amuseront de la politique !

Écrit par : La paille et la poutre | 19/09/2015

Monsieur Donzé,

La correction a été faite.
Ainsi, une fois de plus, vous nous prouvez que, malgré votre "jeunitude", vous avez déjà le réflexe politiques du vieux briscard.
Comme si de rien n'était, vous corrigez l’erreur (pas bien grave) qu'un tiers vous a mise sous votre nez, vous le faites subrepticement et vous ne mentionnez pas qu'erreur il y avait. Pourtant, par correction, il eut été honnête de le faire. En l'état c'est "Ni vu, ni connu, je t'embrouille!" et, ainsi que toujours, c'est le "lanceur d'alerte" qui se trouve être le dindon de la farce!... En général, pour des questions bien plus sérieuses que celle qui nous occupe actuellement. Mais le principe reste le même!
Ne vous tracassez pas par trop, le phénomène est une marque de fabrique de notre beau Pays de Liberté et de Justice !... Du véritable "Swissness"!

Merci et bravo!
Monsieur, une «bête» politique telle que vous possèdant déjà les réflexes qui s’imposent ira loin... Jusque sous la Coupole, peut-être.
Vous avez compris qu'il fallait botter en touche et ne jamais être responsable ou même au courant de quoi que ce soit. Tous les "Quoi que ce soit" qui pourraient égratigner l’image immaculée de votre aura politique !
Non,
iIl n'est pas possible que vous ne soyez que «bêtement» politicard, ainsi que l’a été la génération précédente ?... Je ne veux y croire! Ce n'aura été qu'un léger oubli, comme l'a été le "e" manquant à "Chroniqu."!
Mais, avons-nous réellement besoin de politiciens oublieux ?

Écrit par : La paille et la poutre | 21/09/2015

Merci pour votre commentaire.
Loin de moi l'idée de suivre le précepte: pas vu pas pris, ou comme vous le dîtes: ni vu ni connu, je t'embrouille.
Au contraire, je tiens à vous remercier pour la correction de cette faute impardonnable. C'est la magie du copier-coller (en écrivant cela, je sue déjà à l'idée que vous allez en tirer dans vos commentaires).
Donc aussi loin de moi l'envie de faire le jeune, c'est juste une faute d'orthographe...

Écrit par : Donzé | 22/09/2015

Les commentaires sont fermés.