03/01/2016

Transparence du financement des partis et crowdfunding

En décembre je lançais ma campagne de financement pour ma candidature à la Municipalité de Lausanne via une plateforme de financement participatif, qu’on appelle le crowdfunding (https://wemakeit.com/projects/donze-a-la-municipalite). 

Dans le même temps, le PS lausannois s’adressait aux partis lausannois pour dresser un état des différents budgets de campagnes. 

Les deux démarches résultent à mon avis d’une recherche de transparence des financements des partis politiques, face à un manque aujourd’hui de celle-ci.

Reprenons: ma démarche c’est, je l’admets totalement, d’abord une recherche de fonds pour mener une campagne. Quand je vois le budget de certains partis, Verts, PS et PLR, entre 10 et 20 fois plus importants que le budget du PDC à Lausanne, je me dis que certains ne jouent pas dans la même catégorie. Malgré cela, il nous faut un minimum de moyens pour l’affichage par exemple, la création et la production de flyers, etc. 

L’autre aspect intéressant de ce financement participatif, c’est d’offrir des contreparties aux donateurs. Il ne s’agit pas de l’achat d’activités (exemple: j’offre mes services de DJ lors d’une soirée), mais de remercier le donateur (par exemple par un repas). Le journal Vigousse l’a mentionné dans un article, mais bien entendu il ne s’agit pas de payer pour manger avec le candidat, mais celui-ci remercie le donateur. Il y a une logique inversée.

Pourquoi cette question des contreparties est-il crucial? Car lorsqu’un candidat reçoit un don d’une entreprise privée, aucune contre-prestation n’est définie, c’est-à-dire qu’il y a quelque chose qui reste dans le flou: l’entreprise donatrice en attend un retour à un moment donné, et ce retour n’est pas clairement défini. 

Par contre, dans mon système, le donateur reçoit sa contre-prestation (exemple un cours d’économie), et le processus est pour ainsi dire bouclé. C’est aussi une façon d’être transparent sur un budget et sur ce que je vais faire de cet argent.

La proposition du PS Lausannois va dans le bon sens. Ce que je regrette, c’est qu’il n’y ait pas d’organisme neutre aujourd’hui qui centralise et publie les données, et je peux comprendre les réticences de certains partis à devpor passer par la plateforme du PS et pour cette raison uniquement.

Il nous faut donc travailler dans les prochains mois avec les partis intéressés à mettre en place une proposition de loi qui aille dans ce sens: transparence des dons et transparence du budget de campagne.

08:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.